mercredi 14 mai 2014

elle en prenait tous les jours... un ou deux

oui vous avez raison
c'est un "rêve", une sorte de fantasme irréaliste  de pouvoir vivre sans médicaments

Et j'ai dû en prendre évidemment, comme tout le monde...bien avant mon accident de santé!

Mais j'ai toujours veillé à limiter les médicaments un max...
(J'avais un ami qui pour un rien prenait des antibiotiques, prescrit pas son ami pharmacien
Et les antibio ne lui faisant plus aucun effet, il les abandonnait 
Il avait des collections de médicaments entamés et jamais achevés)

Je sais très bien pourquoi je résiste à la prise de médicaments, alors même que je sais que la cortisone me permet de ne pas devenir aveugle :

Ma mère a carburé toute sa vie aux médicaments! 
Je l'ai vue jour après jour remplir son verre d'un peu d'eau, ouvrir sa boite d'antidouleurs et avaler son comprimé quotidien. Puis, souvent un autre plus tard...
Elle leur demandait l'impossible au fond... de la délivrer de ses maux de crâne, qui étaient surtout des maux de vivre

Plus tard quand elle était dans sa maison de retraite, elle suppliait l'aide soignante de lui donner sa dose.
Cela ne lui suffisait pas. Elle me suppliait de lui acheter un autre boite de comprimés...

Parfois durant le WE! Alors je devais aller à la recherche d'une pharmacie de garde pour la satisfaire.  J'ai résisté, puis pas facilité j'ai cédé

Adolescente donc et adulte je me suis forgée cette conviction profonde: PAS ou le moins possible de médicaments. Le pédiatre de mes enfants heureusement ne les prescrivait qu'en cas d'extrême nécessité. Je lui en suis reconnaissant!

Alors quand depuis trois ans je suis obligée de prendre des médicaments... j'ai l'impression que je me trahis, que je cède à la facilité, que je devrais me secouer...

Oui, je sais bien que je n'ai pas le choix, mais c'est inscrit profondément en moi


2 commentaires:

  1. On peut en effet vivre sans médicaments...
    Ça présente l'avantage de pouvoir mourir plus vite !
    Quel autre choix avait ta mère que la pharmacopée ?
    Une psychanalyse freudienne de 15 ans ?

    Mon ami V.... (que j'ai évoqué chez moi) faisait mieux : il ne voyait pas de médecins... C'était une armoire à glaces ! On sait bien que dans ce cas on se renvoie le reflet d'une invincibilité....
    Bilan : jeune retraité, mort d'un infarctus en quelques minutes....
    J'en ignore les raisons, mais un bilan de santé aurait peut-être permis de céceler des problèmes "traitables".... par médicaments....

    Il est temps que tu rompes volontairement avec un passé qui te tire en arrière....
    Tu n'es pas ta mère, ni l'ami bourré d'antibio.....
    Ton Réel est la nécessité d'un traitement au long cours....
    L'accepter te donnera des énergies vitales....
    Refuser ce serait en effet trahir....
    Trahir la vie en toi, celle de ton corps qui réclame assistance.... pour te servir....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cela me secoue un peu ce que tu racontes à propos de ton ami V...
      C'est évident que s'il avait fait de temps en temps un examen complet, il aurait sans doute été soigné à temps

      Oui tu as raison, il est temps que je rompe avec un passé qui me tire en arrière...
      Quand l'heure sera venue, je veux mourir LIBRE ;-))

      Supprimer